livre de l'exposition Dahomey 1930

Le musée Albert Khan a souhaité mettre en oeuvre un projet d’exposition sur le thème du Vaudou.

Au Dahomey, en 1930, la mission catholique, présente depuis 1861, se heurte toujours à la ferveur omniprésente du culte vodoun, dans la terre qui l’a vu naître.

Martine Balard dans l’étude Dahomey 1930 : mission catholique et culte vodoun

Une première exposition Pour une reconnaissance africaine, Dahomey 1930 s’était tenue au Musée Albert Kahn en 1997 et avait profondément marqué les esprits.

Dans le contexte de la fermeture du musée pour rénovation, le projet devait être hors les murs et itinérant durant les temps des travaux de rénovation puis dans les murs à sa réouverture.

Un projet aux objectifs multiples

Compte tenu de l’ancrage de ce thème dans l’historique du musée et de son fondateur, les objectifs de ce projet étaient multiples :

  • Proposer une actualité permettant une événementialisation et un calendrier annonçant la réouverture du musée ;
  • Apporter un nouveau regard critique sur la thématique du vaudou, mais aussi sur la colonisation et sur la présence occidentale en Afrique, et leurs héritages ;
  • Proposer une exposition temporaire clef en main à un réseau de lieux culturels et de musées partenaires ;
  • (Re)Donner à voir et mettre en valeurs différents objets de collection dont des autochromes et des films produits à la demande ou collectés par Albert Khan.

Ainsi grâce à Albert Kahn, Le père Francis Aupiais réalisa au Dahomey en 1930 avec Frédéric Gadmer deux films :

  • Le Dahomey chrétien
  • Le Dahomey religieux, ce dernier pouvant être considéré comme le premier grand film ethnographique français.

Mettre en scène les fonds multimédia

Afin de développer le projet et de pouvoir se positionner de manière novatrice en particulier dans la présentation des fonds vidéo et photo (photographies et autochromes), il est prévu par les équipes du musée Albert Khan d’intégrer des dispositifs numériques de médiation.

Pour ce faire, le musée m’a contacté pour les accompagner dans la conception du projet et il a était fait appel à l’atelier-Laboratoire Idefi Créatic pour mettre en oeuvre une compétition ouverte aux étudiants.

De la rédaction du cahier des charges du projet, en relation avec les équipes en charge des collections, de la mise en valeur des fonds iconographiques et multimédia et celle dédiée à la scénographie ; à l’accompagnement des étudiants dans la conceptualisation et la structuration fonctionnelle de leurs projets, cette compétition a offert à cette institution, de nouvelles approches sensorielles, cognitives et expérientielles.